Visite de l'Institut Quai Conti à Paris

Visites guidées | 23/03/2015

Visite de l’Institut 

                                             - le 23-03-2015-                                          Amereve


   Le Pr Bourgeois ,  président de l’Institut en 2014, nous attend ce matin, au soleil, au 23 du quai Conti, devant le magnifique dôme de l’Académie .


C’est le siège de l’Institut, qui regroupe en fait cinq Académies, celle de Médecine faisant bande à part( ayant été également le but de notre visite de l’an dernier). Académie… Institut, on s’y perd un peu…


Deux histoires sont à distinguer, celle des bâtiments, et celle des occupants.


                      LE PALAIS  a toujours été dédié à la science et à l’étude.
 C’est MAZARIN, qui, en 1661, trois jours avant de mourir, lègue une fortune pour créer ce » Collège des Quatre Nations ». Deux buts ; d’abord laisser une trace de son action pour le royaume, bien sûr ; mais aussi faire venir à Paris 60 jeunes, de familles influentes, recrutés dans les quatre Nations  que la France vient d’annexer, à savoir Alsace, Artois, Roussillon et Pignerol  (place forte). Ces jeunes, une fois instruits, seront renvoyés dans leur province pour diffuser la culture Française.


C’est COLBERT qui va mettre à exécution ce programme, avec Louis Le Vau comme architecte. Début des travaux en 1663, complications du fait de la Seine très proche et mal endiguée, fin des travaux en1668. 30 élèves sont admis, tous garçons, pour un enseignement de haut niveau, gratuit. L’effectif atteint rapidement 600 élèves.


L’Institut comporte deux bibliothèques :
1) la Mazarine, la plus ancienne, 40 000 livres légués par Mazarin (le roi n’avait que 6000 livres !)-Mazarin avait délégué à un médecin, Gabriel Nodet , la constitution de cette bibliothèque. Elle   était ouverte deux jours par semaine au public, ce qui la sauva à la Révolution, car elle était déjà ouverte au peuple. Elle fut transférée intégralement, lambris, rayonnages et livres…reconstruite à l’identique. Son contenu comprend des manuscrits médiévaux (5000) , 2300 incunables(ouvrage imprimé en Europe avec des caractères mobiles avant 1501), des œuvres d’art, des  éditions fiables imprimées ultérieurement. Tout est numérisé et consultable     http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr
2) la Bibliothèque des Académiciens, comprenant 1.5 million de livres, la cinquième de France, ouverte uniquement aux chercheurs autorisés, avec de nombreux manuscrits originaux, Théophille Gauthier, Nerval, Sand, Balzac et toute la Comédie Humaine, avec par exemple  des photos(250 ) de Maxime Ducamp en 1850, lors du voyage en Egypte avec Flaubert, avec les négatifs.
Tout est fermé à la REVOLUTION , les lieux transformés en prison !


C’est  NAPOLEON, en 1805, membre de l’Institut en section mathématiques, qui installe   l’Institut dans ce Palais, qui était devenu entre-temps… grenier à céréales .

                                                  LES ACADEMICIENS .


Les Académies Royales sont supprimées en 1793 par l’abbé Grégoire, vestiges de la monarchie. Pour combler le vide culturel, l’Institut fut créé en octobre 1795, avec 3 sections, mathématiques  et physique, Littérature et Beaux-arts, Sciences morales et politiques (créée par la Révolution). Installé au Louvre, ce Parlement de Savants fut transféré en 1805 au 23 du Quai Conti, les locaux réaménagés, la salle de la Chapelle creusée pour accepter plus de monde ( 1200 personnes).
L’Institut comprend    CINQ    ACADEMIES , indépendantes .


L’Académie Française (créée en 1635 par Richelieu) comprend 40 membres,  l’Académie des Sciences morales et politiques  250 membres, et les autre académies , 45 membres (Inscriptions et belles lettres, Sciences, Beaux-arts ).
Ces cinq  Académies  se partagent, par roulement,  deux  salles de travail, la petite et la grande, chaque Académie  ayant son jour réservé. Ces salles sont structurées comme le  parlement anglais .
Les séances plénières se passent sous la Coupole, circulaire à l’extérieur et ovale à l’intérieur…(double coupole ).  10 séances plénières par an, protocolaires, Garde Républicaine, entrée un par un, chaque Académie faisant une Communication sur un thème commun.  La Rentrée, une par Académie,   sept ou huit séances, celles de réception des nouveaux membres,  une séance solennelle de Remise des Prix, parfois un séance exceptionnelle, comme celle du centenaire de la loi de 1905. Chaque Académicien est élu, la démission est impossible. 25 femmes académiciennes en tout  mais toutes à des postes clé !
L’institut dépend uniquement de la cour des comptes. Il est financé par dons, legs, fondations, et revenus éventuels d’un patrimoine considérable, mais coûteux ! Dont le Domaine de Chantilly, avec le Château, légué par le duc d’Aumale en 1886 . Egalement le Musée Jacquemart-André, la maison de Pasteur à Arbois, l’Abbaye de Chaalis,  la ville grecque de Kerylos…ne manque que le raton-laveur !
Les photos jointes seront plus parlantes qu’un discours. La grande salle a été creusée pour recevoir plus de monde. Les sièges des Académiciens sont verts, non numérotés, et les sièges gris qui leur font face directement sont destinés au public, soigneusement sélectionné bien sûr .
Les salles de travail sont lambrissées, équipées  de tous les média modernes  au milieu des tableaux et sculptures.
Les deux bibliothèques sont solennelles, donnent envie de manipuler ces vieux volumes touchés par des mains illustres… Le poids de l’Histoire !
L H

 

Visite de l'Institut Quai Conti à Paris Visite de l'Institut Quai Conti à ParisVisite de l'Institut Quai Conti à ParisVisite de l'Institut Quai Conti à ParisVisite de l'Institut Quai Conti à ParisVisite de l'Institut Quai Conti à ParisVisite de l'Institut Quai Conti à Paris